Voyage In To The Cool WIld

0
469

Christel Iglesias, la créatrice de The Cool Wild est née à Paris. C’est une autodidacte. Elle apprend de nouvelles techniques de fabrication au fil du temps et de ses envies.

Après des études d’histoire et un master en management international, elle se passionne pour le travail manuel et devient l’artisan de ses envies avec des créations fabriquées à la main avec des pierres naturelles semi-précieuses.

thecoolwild_jewelry
thecoolwild_jewelry

Ses collections sont en édition limitée, les pierres sont uniques et révèlent la force de la nature. The Cool Wild propose une consommation plus consciente, locale et sentimentale, une promesse vers un monde de voyage et de liberté.

Quelles sont tes inspirations ?

La marque Thecoolwild s’inspire avant tout des trésors que recèle la nature.

thecoolwild_jewelry

Ma mère étant basque, j’ai eu la chance de passer tous mes étés dans cette magnifique région, entre mer et montagne. Je crois en la synergie des éléments, nous en faisons partie, et la nature peut nous apporter tellement de bienfaits. Que l’on parte faire une randonnée en montagne ou que l’on plonge dans l’océan, et on se sent toute suite mieux. Et ce n’est pas anodin. Quand on vit en ville, on a tendance à oublier cette connexion avec la nature, or pour moi elle est indispensable. Les pierres naturelles semi-précieuses que j’utilise dans mes créations viennent rappeler cette évidence. Ça se rapproche d’ailleurs de la culture originelle du surf, cette connexion quasi mystique avec la mer qui m’attire énormément.

Que veux tu dire avec la phrase « and then i realized that adventure was the best way to learn » ?

Je trouvais que cette phrase résumait bien l’esprit de la marque. Evidemment je ne préconise pas un trip à la « Las Vegas parano », mais plutôt de partir à la découverte des beautés du monde pour finalement revenir à l’essence de ce que nous sommes et se redécouvrir soi-même. Quelque part faire sens et redonner du temps au temps. Pour moi c’est la clé de l’épanouissement et du bien-être. En tout cas, c’est le message que j’essaie de distiller. Mais je n’ai rien inventé. J’ai commencé à lire L’usage du monde de Nicolas Bouvier et il y a cette phrase magnifique :

« Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait ou vous défait. »

L’idée c’est qu’en portant un bijou Thecoolwild chacune porte un bout d’inconnu, de voyage et d’aventure et ne pas oublier que l’essentiel c’est d’apprendre à regarder ce qu’il y a autour.

Quels sont tes processes de créations ?

Au sujet de la collection, les bijoux sont tous créés à la main. J’utilise principalement des pierres naturelles semi-précieuses.

Chaque pierre possède d’ailleurs des propriétés qui lui sont propres. L’aspect brut de certaines pierres fait écho à la force des éléments.

thecoolwild_jewelry-2

Puis, on trouve aussi une composante plus « classique » on va dire, avec des pendentifs en vermeil (argent 925 recouvert d’or 18 carats). La dent de requin, le médaillon sand dollar (oursin plat), le coquillage, les couleurs flashy des fils rappellent quant à eux, la mer, le sable fin et le soleil qui brille. Une certaine idée d’insouciance et de liberté.

Ton dernier Green Chills ?

Récemment j’ai eu un gros coup de cœur pour cette très belle initiative de Bureo, une entreprise californienne qui vend des skateboards. Les fondateurs sont des passionnés de surf et de grands amoureux de l’océan, et pendant des années ils ont récolté des filets de pêche abandonnés. Apparemment ces filets représentent environ 10% du plastique flottant dans l’océan et tu peux (vous pouvez vous) t’imaginer les dégâts… Et ce qui est juste dingue, c’est qu’à partir de ces filets, ils arrivent à créer une matière brute avec laquelle ils fabriquent le plateau du skate. Certaines  planches sont aussi fabriquées au Chili, où ils ont mis en place le tout premier programme de recyclage des filets de pêche tout en apportant leur soutien aux communautés de pêcheurs chiliens.

En gros tu ‘rides’ un skate Bureo, tu protèges l’océan ! Joli non ? D’ailleurs Bureo signifie vague en chilien.

http://www.thecoolwild.com

LAISSER UN COMMENTAIRE