PGS Group, Acteur Bienveillant du Changement – Jean-Louis Louvel

1
2221

« Il faut faire la différence entre les financiers et les entrepreneurs, ceux qui à la tête de leur entreprise créent des emplois, investissent pour développer leur outil de travail. Si j’avais un raisonnement à court terme, en voulant toujours plus et plus vite, je n’aurais pas réussi à me développer. L’argent, ce n’est pas mon moteur. Mon moteur, ce sont les belles histoires. Et si l’histoire est belle, alors l’argent suivra ». 

Dans ces quelques phrases prononcées humblement lors d’une itw pour le journal Paris Normandie, tout est dit ou presque. Le fondateur du groupe PGS est ainsi. Il travaille 18 heures par jour, met toute son énergie et ses compétences au service de la force active que représente l’entrepreneuriat dans la construction du monde de demain.

unknown-6

J.L Louvel est humble, proche de ses collaborateurs et a les pieds bien ancrés dans le réel. Des qualités précieuses chez les grands chefs d’entreprise de nos jours.

Grâce à des heures de travail non comptées, des décisions mesurées, une vision et une gestion saine, le Groupe PGS, devenu en quelques années leader de la conception, fabrication & distribution de palettes en bois, est l’un des joyaux de l’industrie française, en s’appuyant sur des valeurs de respect d’autrui et de dignité humaine.

Par essence « Green », proche de la nature, son activité est basée sur le bois des forêts, là où J.L Louvel et ses équipes doivent sans doute y trouver force et inspiration. Quoi de plus légitime et sensé que de participer via l’entrepreneuriat à la construction du monde de demain.

unknown-7
© Reforest’Action

La gestion saine du groupe a permis à celui-ci de s’associer et développer d’autres activités dans les Green & Clean Tech comme le très beau et nécessaire projet de construction d’abris humanitaires en palettes RESCOOZ en palettes ECOPGS ou la start-up REFOREST’ACTION, entreprise géniale de reboisement participatif et international, BOA qui recycle les palettes usagées en couvre-sols de couleurs et ALTERVAL qui réduit le volume des déchets avec des compacteurs mais aussi de participer à de nombreuses autres aventures économiques construites avec ce même esprit d’initiatives, mesuré et visionnaire, notamment à travers l’accélérateur de Startups NFACTORY.

Ce portrait ne serait pas complet s’il ne prenait pas en compte l’amour de JL Louvel pour l’Art en général, l’Art contemporain en particulier et sa volonté de transmettre celui-ci. Le groupe PGS A récemment soutenu la première foire d’Art contemporain en Normandie, qui a permis à nombre de rouennais sur le salon Art UP de faire leurs premiers pas à travers le vaste univers des galeries d’Art françaises et de re-penser Rouen pendant quelques jours. En amont de cet événement, J.L Louvel a permis à des artistes dont certaines des oeuvres furent dévoilées en exclusivité sur la foire, de laisser libre court à leur créativité et leur talent à travers le médium du Bois. Un octupus géant réalisé par l’artiste plasticien Laurent Martin accueillait les visiteurs et la vidéo du montage de celui-ci est une oeuvre à part entière, généreuse et collaborative ou aussi les oeuvres animales et tribales sur bois de palette étonnamment réalistes de Christophe Durand.

octopus_parc-des-expos
© Laurent Martin

Le Groupe PGS nous a fait l’honneur d’être le partenaire Premium du Green Chills Project. Venez découvrir et vous inspirer de ses initiatives économiques, écologiques et artistiques les 25, 26 et 27 novembre à la Halle des Blancs Manteaux, Paris 4ème.

lion-bassedef
© Christophe Durand

Pour notre plus grand plaisir, cet infatigable entrepreneur d’une nouvelle ère sera présent sur l’événement lors des conférences pour nous transmettre sa vision de l’entrepreneuriat bienveillant au service du futur & de la création.

Il a répondu à l’interview Green Chills :

ITW JEAN-LOUIS LOUVEL 

Quand & comment est né le désir de créer ?

Le désir de créer est inné. c’est une fibre. on « n’est » pas entrepreneur, on « naît » entrepreneur. C’est quelque chose qui est en soi. (sourire)

Pour moi ce désir est né en travaillant avec mon frère, et je suis tombée dans la palette par inadvertance.

On est à la recherche d’une idée, comme une graine, qui va pousser. Il y a des entrepreneurs qui se déclarent tardivement, qui ne se sentent prêts à prendre des risques qu’après avoir mené une carrière et protégé leur famille.

Créer , c’est aussi une question d’opportunités et de « compétences ». Il faut savoir bien s’entourer. un chef d’entreprise est comme un chef d’orchestre, ou un médecin généraliste, qui fait appel à des spécialistes lorsque qu’une expertise plus pointue est requise.

On m’a demandé d’écrire ma biographie, mais ce que je souhaiterais vraiment faire, c’est un arbre généalogique de mes rencontres !

TA définition d’un Artiste ?

Il faut surtout que je dise pourquoi je les aime autant. C’est difficile de comprendre le travail d’un artiste s’il n’est pas expliqué. Mais se faire raconter pourquoi il ou elle a fait cette oeuvre, comment… c’est passionnant !

Il y a beaucoup de similitudes entre un artiste et un chef d’entreprise, par exemple l’artiste utilise sa créativité pour raconter une histoire importante pour lui et pour les autres.

 

9514792_la-trilogie-170-80-2
La trilogie © Christophe Durand

Quelles sont tes inspirations ?

L’inspiration pour moi, c’est la part de l’humain dans tous les domaines, le bon sens, écouter, observer les gens. Ce n’est pas suivre un courant, c’est être disruptif, pour utiliser le vocabulaire des startups.

La France, on peut la changer par le bas et même le monde en général.

Par exemple pour reprendre un cas précis qui a eu lieu très récemment où il fallait reprendre une entreprise très rapidement où des dizaines d’emplois étaient en jeu, les politiques étaient impuissants, mais des entrepreneurs qui s’allient à plusieurs pour sauver ces emplois avec une vision entrepreneuriale, eux le pouvaient. C’est ce qu’on a fait. On s’est mis à table à 3 et on a élaboré une stratégie de sauvetage et de développement. Ensuite les politiques peuvent aider.  Il y a de plus en plus de belles initiatives. Le peuple en quelque sorte reprend son destin en main.

Parallèlement, on n’avait jamais vu une crise durer depuis si longtemps, ça fait 9 ans, mais c’est compréhensible, il y a deux activités parallèles, et les bonnes actions prennent du temps. La machine économique ne peut pas repartir tout de suite.

Qu’est ce qui te fait rêver, lever le matin ?

c’est simple : m’amuser, me lever et prendre du plaisir dans ce que je fais, l’esprit Start-up. Si on aime ce que l’on fait, on s’investit à fond et ce n’est pas gênant d’être débordé.

Le monde d’aujourd’hui et de demain, c’est de libérer les énergies par la base et les politiques sont là pour nous aider à la mise en oeuvre.

Qu’est ce que tu chantes sous la douche ?

je ne chante pas je crois, mais j’écoute de plus en plus de musique 🙂

Quels sont les obstacles à surmonter dans ton activité pour être « Green »? 

Je suis « green »  de base, donc je construis autour de moi une entreprise qui respecte ces valeurs et j’ai la chance de travailler avec un super matériau, le bois.

Je n’ai pas trop d’obstacles car je ne suis pas obnubilé par le financier,  donc les solutions que je trouve sont à long terme, je construis dans la durée. Plus on pense à l’argent, au financier en premier lieu, moins on en gagne ; à l’inverse, moins on y pense, plus on réfléchit à faire sens, plus on va en gagner. On pourrait presque faire une formule mathématique ou un algorithme avec ça

Avant il y avait le « green washing », où il fallait des solutions immédiates mais maintenant on travaille autrement, on raisonne, par ce biais on fait même des économies et on s’aperçoit souvent que les solutions étaient déjà existantes..  C’est le rebond nécessaire de la France qui n’a plus le choix.

Peux tu nous raconter un moment de ta vie inoubliable ou une rencontre incroyable ? Une personnalité que tu admires pour ses actions bienveillantes ?

J’en ai plusieurs…. mais ma rencontre avec Jean Dossin au début des années 90 m’a profondément marqué.  Aujourd’hui Jean a 74 ans, il travaille toujours avec nous et exerce son talent chaque jour et avec la même passion. Après toutes ces années je continue à le vouvoyer. c’est une marque de respect. Avec mon associé, il nous a dit,  » quand je vous ai rencontrés, j’ai tout de suite vu que vous n’étiez pas comme les autres.. » Il m’a montré la voie et moi je me suis organisé…  Ne pas se focaliser sur l’intérêt financier, l’humilité, la gentillesse, ce sont des valeurs qu’ils m’a transmises, que j’ai reprises et que je prône. Ce qui me permet de dire aujourd’hui que la meilleure communication pour une entreprise, c’est celle que l’entrepreneur incarne, que pour une entreprise, ses actions et son histoire sont sa meilleure publicité. Jean est un mentor pour moi, et tellement plus que ça…

Des endroits «  Green » favoris ?  Une recette Green ? des habitudes green ? 

Les espaces ZEN, il n’y pas besoin d’aller très loin ou au bout du monde pour trouver des espaces incroyables.

Une recette Green?  Un artiste m’a préparé récemment un cocktail, issu du Prana, c’etait crû, c’était green, j’ai goûté 🙂

En général juste je n’aime pas gaspiller, question d’éducation et la seule chose à laquelle je ne me ferai pas, sûrement c’est manger des insectes.. impossible.

Es tu un Green Addict ?

Je ne le revendique pas.

Indirectement je pense que j’ai en moi cette partie et je la mets en application.Je ne suis jamais dans les extrêmes, c’est comme en politique, il faut garder du bon sens. Et ceux qui sont dans les extrêmes veulent toujours obliger les autres.

Ton dernier « Green Chills »  ( def : emotion vibratoire transcendante très agréable et grisante parfois ressentie face à la force des rêves, projets et aventures humaines, de la nature, de l’art, de la musique, de l’intelligence collective … ) 

Si on parle du tout dernier ce serait Art Up, c’était un super moment, je me suis amusé, le salon a été un succès, avec les équipes, les artistes, c’était vraiment génial. Mais sinon c’est planter un arbre… parfois je me dis quand je le plante que je ne le verrais peut-être pas atteindre sa taille adulte, il y a une âme dans l’action de planter un arbre… Si j’avais su, j’en aurais planté plein quand j’étais plus jeune…

 

MERCI IMMENSE À J.L LOUVEL & PGS GROUP.

TheGreenChills_Affiche_70X100CM_1CMFDPERDU

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE