De la nécessité des Civic Tech – François Gombert

1
1565

 C’est quoi les Civic Tech exactement ?

François Gombert est formidable. Il se plie en 18, apporte son aide et son soutien au Green Chills Project, appelle pour se moquer franchement de son rire communicatif des questions de l’interview dont vous lirez quand même ses réponses à la suite mais dont il n’aime pas trop « l’extimité »… Hésite, hésite, hésite à nous faire partager ses convictions artistiques, dit qu’il ne va parler que de l’intelligence collective à la place.

Il fait partie de cette nouvelle scène d’acteurs civiques stratégiques qui « déchire » et dont on espère avoir de plus en plus de modèles similaires aux joysticks de nos institutions politiques.

Au taquet, ce bourreau de travail enchaîne les journées sans compter, mais celles-ci sont tout de même soumises à la règle des « 24h seulement ». Pour nous parler des Civic Tech il fait un break. Passionné par celles-ci, un engouement qu’on partage largement, il a crée le site Civic Techno pour que l’on puisse toutes les découvrir et s’y retrouver chaque semaine.

Des initiatives qui ne soulignent que l’intelligence collective et cela pour un meilleur fonctionnement de la démocratie dans son spectre le plus large. À force d’institutions surprotégées, de politiciens et politiciennes élèves au rang de stars de shows de télé-réalité, d’une complexité administrative qu’on ne décrit plus, ayant quand même son ministère de la simplification digne d’un film de Terry Gilliam,  nous en avions oublié que les principaux acteurs de la démocratie, c’est nous tous et que sans intérêt individuel et participation au quotidien à ces problématiques, les solutions n’étaient pas réalisables.

 

Interview de François Gombert, créateur de Civic-Techno, le site qui nous montre à quelle point et dans quelle diversité les nouvelles techs sont intéressantes et facilitent la participation et la coopération, une tendance en passe de devenir un usage, pour notre plus grand plaisir.

img_1805_nb

 

Quand & comment est né le désir de créer ?

Je ne crée pas vraiment au sens où un artiste pourrait le faire, j’ai simplement créé un site dédié aux Civic Tech pour valoriser ce mouvement, expliquer au mieux ses enjeux et créer du lien entre ceux qui font et l’écosystème Civic Tech et des médias, des acteurs institutionnels ou politiques, le grand public et quelques curieux 😉

Je l’ai créé car il n’existait pas avant ça d’espace en ligne dédié au renouveau démocratique facilité par les technologies dites civiques.

En parallèle, CivicTechno propose aussi un annuaire collaboratif : la CivicThèque. Son objectif : recenser et cartographier les civic start-up, projets, initiatives, associations, entreprises de cet écosystème, en France et à l’étranger.

TA définition d’un Artiste ?

L’art ou en tout cas l’idée qu’on peut s’en faire est une production qui amène à représenter ou à figer un instant ou une époque, à s’interroger, à réfléchir, à avancer… Aujourd’hui on voit de plus en plus d’artistes invitant les publics à co-construire une œuvre qui poursuive les mêmes objectifs, parfois à l’aide de la technologie. 

Les Civic Tech prennent alors toute leur place dans l’univers artistique quand « l’artiste civique » invite son public à co-créer avec lui des productions qui visent à changer les choses, à interroger les pouvoirs publics, à réfléchir ou à trouver des solutions… Il n’est plus rare de voir des happenings, des concerts, des expositions qui projettent des créations du grand public et qu’on peut retrouver et partager en ligne, ce qui donne à ses œuvres une portée quasi-infinie. 

Il n’est plus rare non plus de voir des politiques inviter des artistes à leurs côtés pour apporter cette dimension participative à leur réflexion. 

Quelles sont tes inspirations ?

Dans le domaine des Civic Tech, il y a un exemple que je trouve particulièrement inspirant, c’est celui d’Audrey Tang, une taiwanaise, née homme, qui quitte l’école à 12 ans, monte sa première boite à 15 pour prendre sa retraite à 35. Par la suite elle est devenue une « hackeuse civique » qui a contribué à ouvrir les données des institutions taiwanaises pour les rendre intelligibles par tous puis a mis en place des outils de démocratie participative pendant la révolution tournesol en 2014. Depuis le 1er octobre, elle est devenue la première ministre transsexuelle au monde en accédant au poste de Ministre du numérique.

Qu’est ce qui te fait rêver, lever le matin ?

Tu veux dire à part les cris de mon fils Arthur et mes 8 alarmes de réveil ?
J’ai la chance de travailler dans un univers qui me passionne, qui touche au politique, à la démocratie, à la vie publique, à la technologie et à comment on met tout ça en ligne pour créer une relation entre les institutions et le citoyen : ça aide aussi 😉

Qu’est ce que tu chantes sous la douche ?

Je n’ai plus le droit de faire ça depuis 2006 à peu près, trop violent pour ceux qui m’entourent. Mais avant c’était probablement des trucs entêtants entendus en club quelques heures plus tôt.

Quels sont les obstacles à surmonter dans ton activité pour être « Green »?

Nous sommes un certain nombre, et je suis loin d’être le dernier à imprimer un volume de documents assez impressionnant… L’autre point de progression réside probablement dans l’économie d’énergie que consomment nos ordinateurs et terminaux mobiles ou encore les serveurs que nous utilisons pour gérer le nombre de données incroyables créées à chaque seconde sur Internet.

 Peux tu nous raconter un moment de ta vie inoubliable ou une rencontre incroyable ? Une personnalité que tu admires pour ses actions bienveillantes ?

Je ne suis pas un grand fan de l’extimité… Mais dans le domaine de la technologie et de l’innovation démocratique, je ne peux que recommander d’assister à une conférence d’Audrey Tang dont je te parlais tout à l’heure, elle passe régulièrement en France, ou de Michel Serres qui contre toute attente à une vision passionnante sur toutes ces questions.

Des endroits «  Green » favoris ?  Une recette Green ? Des habitudes green ? 

Cette question me permet de me rendre compte que mon cas n’est pas si désespéré que ça ! Je me déplace en scooter électrique et je fais mes courses autant que possible chez des producteurs  locaux.

Es-tu un Green Addict ?

Pas franchement, mais on tente de me soigner.

Ton dernier « Green Chills »  ( def : emotion vibratoire transcendante très agréable et grisante parfois ressentie face à la force des rêves, projets et aventures humaines, de la nature, de l’art, de la musique, de l’intelligence collective … )

Mes derniers Green Chills, dans le désordre : deux œuvres de la rétrospective  Bernard Buffet dont un très beau tableau tauromachique qui me renvoie au sud de la France dont je suis originaire, pas très Green et pas vraiment « politiquement » correct, la réussite d’une campagne de communication qui rebondit dans un timing parfait sur une actualité internationale, les retrouvailles avec un vieil ami pourtant pas vu depuis 8 ans et qui se sont passées comme si nous nous étions vus hier.

Sur quels futurs projets travailles-tu ?

Je projette de partir en vacances,  pour commencer ! Pour le reste, je ne peux pas en parler, ça risquerait de ne pas arriver 😉

Merci François.

Pour en savoir plus sur Civic Techno

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE